Journée d'étude

La journée d’étude « No transition : le design en situation de crise » s’inscrit dans le cadre de la recherche sur le Design Social que l’ESAD Valenciennes développe depuis 2013 avec des partenaires nationaux et internationaux. Les précédentes actions visaient à définir les enjeux du design social, à en préciser le champ épistémologique et à en expérimenter les principes et les méthodes au cours d’expérimentations et de rencontres. Ce colloque approfondit les questions traitées lors du colloque international « Design social, les nouvelles formes de convivialité » en 2014 et de la journée d’étude « Design social et économie solidaire » en 2015. 

Présentation

« No transition » désigne une position critique rendue nécessaire par une situation sans précédent : nous vivons une crise systémique mondiale qui n’est plus conjoncturelle et transitoire mais structurelle et permanente. Cette crise totale où convergent crise écologique, crise économique et crise sociale, est la condition insoutenable de notre existence.

 

Devant un tel constat, il est difficile de poursuivre le modèle industriel de production et de consommation de masse dans sa forme actuelle. Mais il est tout aussi difficile d’avoir recours aux idéologies transcendantes portées par la religion, la science et la politique. Au cours de l’histoire de la modernité, chacune a en effet montré son incapacité à produire une solution durable et universelle pour répondre aux crises survenues depuis le XVIIIe siècle, provoquant ainsi le discrédit sur leur discours et les institutions qui le représentent. 

 

Pour affronter cette désorientation générale, qui est avant tout une absence de sens (donc de sensibilité, de direction et de signification), une analyse du « design en situation de crise » apparaît comme décisive. 

 

Depuis quelques années, il existe en effet un design « responsable », « éthique », « soutenable », proposant non seulement des projets en situation de conflit, de catastrophe et de pénurie, mais aussi de véritables alternatives au système industriel dominant. L’évolution la plus récente semble même montrer, au-delà de l’engagement individuel ou collectif en faveur telle « cause » ou de telle forme d’« exclusion », que le respect des écosystèmes naturels (biotopes, biodiversité, cycles) et des milieux humains (matériels, symboliques et sociaux) tend à devenir la condition sine qua non des pratiques de design. 

 

Mais pour que le design puisse assumer une telle position « écosociale », il lui faudrait interroger sa capacité à critiquer les conditions, les moyens et les finalités de son action. À cet égard, la multiplication actuelle des commandes, des normes et des prix réservés aux projets étiquetés « green design », « ecodesign », « design responsable », « design citoyen », est révélatrice de besoins réels non satisfaits par l’État et par le marché ; mais elle est aussi révélatrice d’une véritable instrumentalisation du design qui risque de nuire à son efficacité et accentuer la crise.

 

L’objet de cette journée d’étude est donc triple : 1) interroger la nature, l’évolution et le sens de la crise définie comme « situation » ; 2) analyser les modèles, les stratégies et les pratiques que le design mobilise, transforme ou invente pour apporter des solutions à la crise ; 3) définir les conditions d’une nouvelle critique et situer le rôle du design dans sa réalisation.

Interventions

Les captations audio des interventions sont en libre écoute : http://www.esad-valenciennes-recherche.com/enregistrement-no-transition

 

Ludovic Duhem, philosophe

Kenneth Rabin, designer/artiste

Enseignements à l’ESAD Valenciennes

 

Razmig Keucheyan (Sociologue, Université Paris IV Sorbonne)

La mondialisation des pensées critiques

 

Augustin Berque (Philosophe, géographe, orientaliste, Directeur d’étude à l’EHESS)

Cosmiser à nouveau les formes ?

 

Mathieu Le Du (Ingénieur de recherche, Virage Énergie)

La sobriété comme nouvel horizon sociétal

 

Sylvain Celle (Économiste, Institut Godin – CLERSE Université Lille 1)

Design social, innovation sociale et économie sociale et solidaire en situation de crise

 

Richard Pereira (Coordinateur Learning center de la Maison de l’écologie)

Tentatives urbaines, politiques et sociales au sein du Learning center ville durable

 

Paul Landauer (Architecte, Responsable de la recherche à ENSAT Marne-la-Vallée)

Un parc d'initiatives habitantes à Toulouse

 

Jean-Philippe Blanchard (Ingénieur informaticien, Crédit Agricole)

Comment une banque adapte ses méthodes de conception en situation disruptive ?

 

 

 

 

Journée d'études 2015 : Design social et Économie solidaire